DOCUMENTATION ET TRANSMISSION DE LA DANSE CONTEMPORAINE ET ACTUELLE QUÉBÉCOISE / FONDATION JEAN-PIERRE PERREAULT
EC2
© Jean-Pierre Perreault
mardi 27 novembre 2018
Témoignage

Regard d’une jeune danseuse sur le parcours pédagogique

Une jeune danseuse de l’École de danse de Québec, Salomé Simonis Bernier, 12 ans, nous propose un charmant témoignage rédigé à la suite d’un atelier tiré du Parcours pédagogique de l’exposition virtuelle Jean-Pierre Perreault, chorégrapheSon témoignage – qui révèle une compréhension fine de l’univers perraultien : l’importance de l’écoute de l’autre et la sensibilité à l’espace – est précédé d’une présentation de l’enseignante Caroline Paré, initiatrice de l’atelier.

Offrir la culture aux jeunes

Comme enseignante, j’éprouve un réel plaisir de m’inspirer des suggestions d’activités que l’on peut retrouver sur différents sites Web,  mes choix privilégiant les outils qui donnent la part belle aux approches pédagogiques innovantes, à l’éducation artistique ainsi qu’à la dimension culturelle.

En ce sens, l’espace chorégraphique EC2 de la Fondation Jean-Pierre Perreault et son parcours pédagogique propose des activités et des situations d’apprentissage qui rencontrent mes objectifs d’apprentissage auprès des jeunes.

Quel plaisir de leur faire découvrir ce géant de la chorégraphie, de les inviter dans les espaces architecturaux créés par Jean-Pierre Perreault où le corps se fait lui-même décor. J’aime présenter les images, les extraits vidéos et animer des discussions autour de ceux-ci.  J’ai un petit béguin pour les activités de création en lien avec le thème de l’espace.  Ces activités invitent tout naturellement l’élève à installer des dialogues entre le corps et les lieux qu’il habite.  Plutôt que s’attarder sur la création de gestes, les élèves prennent plaisir à élargir leur action créative en plaçant les corps sur un grand échiquier et en y découvrant toutes les dimensions symboliques et expressives qui s’en dégagent. Par le simple changement d’orientation d’un danseur, le déplacement d’un autre ou encore l’attroupement de plusieurs, le récit chorégraphique prend forme.

Dernièrement, j’ai eu le plaisir d’offrir un atelier chorégraphique inspiré de l’activité 1 Imaginons un Dé-corps aux élèves du programme de Danse-Études 1 et 2 de l’École de Danse de Québec.  Intéressant de voir ce que Salomé en a retenu.

Caroline Paré

Enseignante et conseillère pour Équipe culture-éducation

 

Atelier chorégraphique s’inspirant de l’œuvre de Jean-Pierre Perreault

Au tout début de cette nouvelle année scolaire, lorsque je débutais le programme danse-étude, j’ai eu la chance de participer à un atelier donné par Caroline Paré qui avait pour inspiration le travail de Jean Pierre Perreault. Pour être honnête, je ne connaissais pas cette figure de la danse québécoise et, grâce à cet atelier, j’ai eu la chance de le découvrir…

Caroline nous a tout d’abord présenté Jean Pierre Perrault et son esthétique, plus particulièrement sa façon de traiter l’espace et la place du corps dans celui-ci. Pour ce faire, elle nous a demandé de quoi nous avions besoin pour danser. Différentes réponses sont sorties comme un corps, un studio… puis, finalement, nous avons trouvé l’espace. Elle nous a ensuite montré des images de décors parfois abstraits parfois concrets et nous nous sommes demandé ce que cela représentait. Une courte discussion s’en est suivie.

Ensuite, nous nous sommes mis à marcher dans l’espace. Tout en portant attention aux autres autour de nous, nous devions combler tous les coins vides. Par la suite, l’écoute de groupe est devenue importante car toute personne qui se sentait prête pouvait se mettre à marcher d’une façon ou d’une autre et nous devions alors tous marcher comme elle jusqu’ à ce que quelqu’un d’autre prenne le relais.

Nous avons poursuivi en travaillant sur une méthode de création de décors humains. Nous pouvions arrêter dans une position et n’importe qui pouvait venir s’emboîter à cette position. Puis, chacun  pouvait prendre la décision de partir et de défaire l’ensemble des corps. Pour continuer sur cette thématique, nous nous sommes divisés en deux équipes. La première se plaçait dans  l’espace sous la forme d’un décor choisi par Caroline et l’autre équipe pouvait faire ce quelle voulait avec ce décor. Nous avons ensuite formé 3 équipes pour imaginer 3 portraits différents avec 3 décors différents formés par des danseurs. Nous avons terminé l’atelier là-dessus.

Grâce à cet atelier, j’ai expérimenté quelque chose de nouveau : les décors humains… J’ai été inspirée par cet atelier qui m’a permis de découvrir plusieurs choses sur Jean-Pierre Perreault. Bien sûr, au début, j’étais un peu gênée mais après, la gêne est partie et je me suis laissée aller. La partie que j’ai préférée a été lorsque nous nous sommes séparés en 3 équipes. J’ai aimé le concept que chaque équipe fasse quelque chose de différent, autant dans l’immobilité que dans le mouvement. C’était inspirant de voir se construire et se déconstruire ces décors de corps.

En conclusion, j’ai beaucoup aimé la façon d’enseigner de Caroline et je la remercie de ce beau moment. En tant que jeune danseuse, j’ai le pressentiment que cet atelier va me servir. L’écoute de groupe et la mise en espace des corps sont des aspects importants de cette expérience qui compte!

Merci Caroline,

 

Salomé Simonis Bernier, 12 ans, Danse-Études 1

carolineetsalome

Voulez-vous continuer la discussion? Dites-nous ce que vous pensez!

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *